Zéro phyto

Contenu de la page : Zéro phyto

Que sont les produits phytosanitaires ?

Les produits phytosanitaires font partie de la famille des pesticides, ils sont utilisés pour :

    • - lutter contre les espèces végétales concurrentes ou indésirables : les herbicides
    • - lutter contre les insectes nuisibles : les insecticides
    • - lutter contre les champignons parasites : les fongicides

Pourquoi cette volonté de limiter leur usage ?

Ces produits contiennent des substances dangereuses

    • - Pour la santé humaine. De nombreux produits homologués en espaces verts sont nocifs, irritants, ils peuvent entraîner des risques d’effets graves pour la santé en cas d’exposition prolongée, une sensibilisation par contact avec la peau, des risques de lésions oculaires graves. Certains sont suspectés d’effets cancérigènes...
    • - Pour l’environnement aquatique et la vie dans les rivières : de nombreux produits homologués en espaces verts sont nocifs pour les organismes aquatiques, et peuvent entraîner des effets néfastes à long terme pour I’environnement aquatique. Ces produits migrent dans l’atmosphère, vers les rivières et les eaux souterraines, à travers le sol. Le coût d’élimination de ces substances, afin de produire de l’eau potable coûte très cher.

Les utilisateurs de produits phytosanitaires sont nombreux :

    • - les agriculteurs pour protéger leurs cultures
    • - les sociétés ferroviaires pour I’entretien des voies.
    • - les jardiniers amateurs pour désherber et traiter massifs, parcs, allées et potager
    • - et les collectivités pour entretenir leurs espaces publics (voiries et trottoirs, parcs et jardins, cimetières, équipements sportifs... )

Face au constat alarmant de la pollution généralisée des rivières et des eaux souterraines par les produits phytosanitaires, tous les applicateurs doivent réfléchir à une utilisation raisonnée de ces produits toxiques.
Comme d’autres, les communes participent à la pollution :
Les résultats d’analyses des prélèvements réalisés dans les rivières de Seine et Marne mettent en évidence une contamination de l’eau par les herbicides. On retrouve des molécules utilisées en milieu agricole, mais aussi des substances employées uniquement pour désherber les espaces non
agricoles. Or les espaces entretenus par les communes sont souvent imperméables et reliés à un réseau de collecte des eaux de pluies (caniveaux, avaloirs, grilles...). Ainsi les produits utilisés sont entraînés très rapidement vers les cours d’eaux et les nappes souterraines.
Sensible à la protection de votre eau, Saint-Sauveur-sur-Ecole s’engage à réduire l’emploi de produits phytosanitaires .

7 conseils simples pour entretenir son jardin sans polluer ?

    • 1. Cultivez la bonne plante au bon endroit : choisissez des végétaux adaptés aux conditions d’environnement favorables à leur croissance. Veillez à ce qu’ils soient situés dans une exposition optimale (soleil, ombre. vent. pluie...) et dans un sol adapté (argileux" acide...). Vos plantes résisteront alors mieux aux attaques.
    • 2. Favorisez la biodiversité : invitez et offrez un abri aux animaux qui réguleront les espèces envahissantes. laissez fleurir les plantes sauvages qui attireront les insectes utiles.
    • 3. Associez les plantes compagnes : au potager les légumes se développent mieux s’ils sont plantés à côté de tel ou tel autre légume ou près d’une plante aromatique. L’æillet d’inde protège les tomates contre les nématodes...
    • 4. Entretenez la fertilité du sol : animaux et micro-organismes permettent la transformation de la matière organique en nutriments dont les plantes ont besoin pour leur développement. Pensez également au compost et à la rotation des cultures pour ne pas appauvrir le sol.
    • 5. Maitrisez l’arrosage : la quantité d’eau à apporter dépend de l’espèce végétale. de la saison. du temps qu’il fait. du stade de développement. de l’âge de la plante. du type de sol et du demier arrosage. Raisonnez en fonction des besoins des plantes et utilisez un arrosoir plutôt qu’un tuyau d’arrosage. Pensez à la récupération d’eau de pluie ; réglementairement autorisée et conseillée. elle penxet d’arroser même en période de sécheresse. et peut donner droit à un crédit d’impôts I
    • 6. Pratiquez le paillage : couvrez la terre aux pieds de vos plantations avec du paillis de chanvre. du rnulch de lin... pour lirniter les arrosages. éviter d’avoir à désherber. pennettre de garder une couvefture de protection de la vie du sol et apporter de la matière organique.
    • 7. Eliminez les plantes considérées comme indésirables : manuellement. à la binette. avec I’eau chaude de cuisson ou avec un appareil therrnique à gaz.

Gardez en tête que (( la nature a horreur du vide » ». Sur un sol nu, les adventices et plantes pionnières vont apparaître spontanément et ce sont souvent celles qu’on ne désire pas voir se développer. Si vous souhaitez limiter le désherbage. ne laissez pas de sol à nu : occupez I’espace par des plantations (fleurissement. gazon, engrais vefts au potager...) ou par un paillage... Pensez aux solutions alternatives contre les maladies et insectes ou animaux
ravageurs : pièges à insectes. filet anti insectes. purins d’ortie. de prêle. cendre (pour les limaces)...

Plus d’information sur les techniques de jardinage au naturel. et des conseils de jardinage mois par mois sur le site de l’eau du Conseil général : http://eau.seine-et-rnarne.frl

Publications

Dernière mise à jour de ces informations : 16 avril 2015

A noter

Objectif zéro phyto voirie
Objectif zéro phyto voirie
pdf - 3.7 Mo


Protocole réduction phyto
Protocole réduction phyto
pdf - 5.6 Mo