La station d’épuration

Contenu de la page : La station d’épuration

L’objectif d’une station d’épuration n’est pas de rendre l’eau potable mais acceptable pour un retour à la nature

L’épuration des eaux est un ensemble de techniques qui consistent à purifier l’eau pour la recycler dans le milieu
naturel, composé de :

  • Canalisations qui collectent les eaux usées appelées « les réseaux d’assainissement »
  • Une station d’épuration communément appelée « STEP » Canalisations qui collectent les eaux usées appelées « les réseaux d’assainissement »

En France, 60% des communes nettoient leurs eaux sales dans les stations d’épuration. 15 000 stations d’épuration pour 36 000 communes. Certaines communes se regroupent lorsque la géographie le permet.
JPEG - 29.7 ko
Une station d’épuration rassemble une succession de procédés qui permettent, petit à petit, de purifier l’eau.
On peut distinguer 3 opérations principales dans le traitement de l’eau :

  • Le pré traitement et le traitement primaire qui comprend le dégrillage (élimination des déchets volumineux), le dessablage, le déshuilage et la décantation primaire ou la boue est récupérée au fond du bassin.
  • Le traitement secondaire comprend l’oxygénation et la décantation secondaire (qui permet d’extraire une deuxième quantité de boue).
  • Le traitement des boues s’effectue parallèlement aux traitements de l’eau (avec la boue récoltée dans les bassins de décantation et durant la clarification).

Mais attention, les risques de dysfonctionnement de la station d’épuration et les sources de pollution sont nombreuses : Toute erreur de branchement a des conséquences graves sur l’environnement ainsi que sur l’exploitation du réseau et de la station d’épuration. L’évacuation des eaux pluviales dans le réseau d’eaux usées provoque une surcharge hydraulique dans le réseau d’eaux usées et dans la station d’épuration. Ces ouvrages ne sont pas dimensionnés pour faire face à cet afflux d’eau d’où des débordements au niveau des stations de pompage et des rejets polluants dans le milieu naturel.

la vie d’une station d’épuration n’est pas un long fleuve tranquille

La commune de SAINT-SAUVEUR-SUR-ECOLE est dotée d’un réseau d’assainissement collectif de type séparatif réalisé en 2 phases, 1987 puis 1995, d’une longueur de 12374 m.
Une station d’épuration située sur la rive droite de l’École, au Nord de la commune, a été construite en 1987. La durée de vie moyenne d’une station est en général de 30 ans.
Les eaux usées sont acheminées dans un premier temps par des canalisations jusqu’à des postes (PR) qui refoulent les effluents vers la STATION d’épuration (STEP).

  1. Le secteur de SAINT SAUVEUR (à partir du poste de refoulement dit « Lavoir »).
  2. La ZA (à partir du poste de refoulement dit « ZA ») raccordé au poste « Lavoir ».
  3. Le secteur de Brinville (à partir du poste de refoulement « Closeaux ») vers une bâche de réception (chemin de la Planche Coutant) puis gravitairement jusqu’à la station (par pression hydrostatique avec vanne hydropneumatique).

Alors que le fonctionnement de la Station d’épuration semblait être satisfaisant aux yeux de nombreux habitants, des anomalies plus ou moins importantes étaient relevées depuis de nombreuses années par les services de surveillance du département ou de la police de l’eau.
Si les équipements électromécaniques étaient la plupart du temps déclarés en état de fonctionnement correct, il en était totalement différent en ce qui concerne l’état des réseaux ou le traitement de la filière boue.
A partir de l’année 2000 les rapports annuels constataient d’année en année :

  • Des à-coups hydrauliques par temps de pluie, liés surtout au mauvais comportement du réseau
  • Une production de boue traduisant un système trop faible pour éliminer la pollution.
  • Une efficacité globale du système n’atteignant que 30%.
  • Une restitution de pollution de boues vers le milieu naturel.
  • Une station d’épuration présentant des dysfonctionnements récurrents qui impactent la rivière ECOLE.
  • Des débits maximum instantanés montrant en permanence des pointes très élevées et très largement supérieures au dimensionnement qui peuvent provoquer des départs de boues en sortie de traitement.
  • Un système NON CONFORME (ceci nous a valu de devoir rembourser 3 années de prime pour épuration et de ne plus être éligible à cette prime depuis de nombreuses années)
  • Etc.

JPEG - 50.6 ko

En vertu de la directive Européenne de 1991 et de l’arrêté de 2007 relatif à la collecte et au traitement des eaux usées, la Direction Départementale des Territoires (service environnement et prévention des risques) déclarait, à l’appui de l’analyse de conformité de l’année 2014 et 2015 :

  • La performance du système de traitement est non conforme pour sous dimensionnement.
  • Le fonctionnement du système de traitement en mode dégradé initialement prévu dans l’attente des travaux sur le système de collecte n’est pas satisfaisant en fonctionnement durable. En 2016, le SATESE acte que :
  • Des actions ont été lancées par la commune auprès du concessionnaire pour mettre en œuvre et corriger dans les meilleurs délais certains dysfonctionnements et anomalies.
  • Dans le cadre du SDA, des actions à plus long terme seront définies pour apporter des réponses pérennes au dysfonctionnement et l’opportunité de la reconstruction de la station sera à étudier compte tenu de la capacité nominale et de l’âge des ouvrages (1988)

JPEG - 90.6 ko

Le conseil municipal réuni en décembre a choisi sans aucune opposition le scénario N°2 (pour : 13 ; abstention : 2)

Dernière mise à jour de ces informations : 30 mai 2018